ALAIN DAMASIO - LA ZONE DU DEHORS - CYLIBRIS

Épique, flamboyant, révoltant, angoissant, déroutant, illisible et agaçant... "La zone du dehors" est un livre qui fait mouche, qui tape là où ça fait mal, qui gratte dans la plaie, qui triture, cautérise ensuite pour mieux déchiqueter après, discute pendant des heures, inquiète et parfois même, bouleverse. Tout en même temps.


Bref, la SF s'enrichit d'un nouveau roman de politique-fiction, un nouveau roman auquel on peut même enlever l'étiquette "fiction".


DAMASIO a lu Deleuze, Nietzsche, Foucault et les cite régulièrement. DAMASIO n'a pas non plus oublié les situationnistes, même s'il oublie de les nommer.
À la rigueur, qu'importe.


L'ennemi reste la sociale-démocratie molle qui intègre, qui comprend, qui flique pour notre plus grand bien, qui soumet par la liberté.
Une affreuse dictature, subie et soutenue par la majorité. Tout un programme de bonheur obligatoire et normalisé. Loin, très loin du "Meilleur des mondes" ou de "1984", car jamais autocratique ni autoritaire.


"La zone du dehors" met donc en scène une société démocratique baptisée "Cerclon", située sur un astéroïde en orbite autour de Saturne. Dans ce monde clos, replié sur lui-même et cerné par une nature hostile, les hommes ont construit une ville qui se veut la seule alternative valable à ce qui reste de la Terre : un tas de boue pollué dans lequel on crève peu à peu.


Société hyper-sécurisée, hyper-surveillée et hyper-acceptée par une population consentante, Cerclon est un concentré de la sociale-démocratie si chère à nos contemporains. Là-bas, on consomme pour exister, on regarde la télévision bien au chaud chez soi, on se soumet au "Clastre", système social parfait qui hiérarchise les individus en fonction de leurs qualités. Chacun sa place dans un monde qui n'oublie personne.
La population approuve, d'autant que les horreurs terriennes sont encore fraîches dans les mémoires.


Comment oser se plaindre alors qu'ici, tout le monde mange à sa faim, dans le plus heureux des équilibres démocratiques ?
Allez, ça ne vous rappelle rien ?
Se plaindre, se révolter, c'est pourtant ce que font 5 irrécupérables, 5 utopistes de l'anarchie, à la fois hommes d'action et intellos, pères de famille et désaxés violents. Ils forment le Bosquet, ils sont la Volte, et ensemble, ils vont foutre le feu. "La zone du dehors" est l'histoire de leur refus. De leur échec. De leur victoire.
Un roman à lire et un auteur à suivre de près.

- retour à la liste des chroniques -